Elle est Yusra Mardini, elle est originaire de Syrie, elle a 18 ans et son histoire est incroyable; est l’histoire de la fille qui a nagé pour sa vie et qui participera désormais aux Jeux Olympiques pour l’Allemagne. Lorsque les entraîneurs ont vu son talent essayer de survivre dans l’océan, ils savaient qu’il avait beaucoup à montrer au monde.

Yusra et sa sœur Sarah ont tenté de fuir Damas il y a un an. En août 2015 pour être exact, avant de se rendre au Liban et en Turquie, ils ont tenté de traverser la mer Égée.

Yusra Mardini aux Jeux Olympiques

Le bateau transportait 20 personnes au lieu des 6 pour lesquelles il avait été conçu. 30 minutes plus tard, il a commencé à inonder, sans autre choix Yusra, Sarah et deux autres hommes ont sauté dans l’eau presque gelée pour pousser le bateau sur les rives de Lesbos, sauvant la vie du reste des passagers.

Yusra mardini avec ses entraîneurs aux Jeux olympiques.

Il y a moins d’un an, Yusra Mardini s’est battue pour sauver sa vie en mer Méditerranée et maintenant elle va concourir aux côtés d’une équipe de réfugiés, la première qui soit, aux Jeux olympiques.

Yusra mardini au bord d'une piscine.

Le père de Yusra, entraîneur de natation, a commencé à entraîner sa fille à Damas alors qu’elle n’avait que 3 ans, et elle a dû concourir pour l’équipe nationale.

Yusra Mardini en formation.

Cependant, en 2011, la guerre a éclaté et en août dernier, Yusra et sa sœur Sarah se sont embarquées pour un voyage d’un mois en Allemagne, lorsque le bateau est tombé en panne entre la Turquie et la Grèce.

Yusra Mardini sourit.

Le sel de mer brûlait la peau et les yeux de Yusra, mais elle était déterminée à avoir une bonne attitude.

En juin, elle est passée du statut de réfugiée à celle de membre de l’équipe de réfugiés qui iraient aux Jeux olympiques, aux côtés de 9 autres athlètes de Syrie, du Soudan du Sud, de la République du Congo et de l’Éthiopie.

Équipe de réfugiés à Rio de Janeiro.

Les sœurs ont nagé jusqu’à Berlin, où Sven Llave de Krebs a commencé à s’entraîner pour les Jeux olympiques de 2020.

Yusra Mardini sourit.

Bien que ce soit la première fois que le Comité olympique crée une équipe de réfugiés, pour Rio 2016, Yusra fait désormais partie d’un autre groupe d’athlètes qualifiés pour participer à des compétitions cette année-là.

Yusra Mardini lors d'une séance d'entraînement.

«Je veux vous dire que Damas me manque vraiment. Je veux que chacun réfléchisse à ses rêves, car beaucoup de gens les oublient », a déclaré Yusra lors d’une conférence de presse à Rio.

De plus, elle marchait sous le drapeau olympique lors de la cérémonie d’ouverture.